Les berges de la Seine bientôt déclassées ?

En septembre dernier nous apprenions par voie de presse que l’association Monts14 dont la président est Patrice Maire avait saisi l’Unesco ainsi que le Président de la République et les conseillers de Paris sur le devenir des berges de la Seine en dénonçant la multiplication des projets d’immeubles de grande hauteur dont celui des Tours Duo bien laides en cours de finition. L’association demandait dans son courrier la création d’une zone tampon (*) qui permettrait de protéger les perspectives et l’environnement visuel des monuments de la capitale, allant jusqu’à se demander si les berges de Seine, classées au patrimoine de l’Unesco, étaient protégées ?

Une journaliste rapportant cette action de Monts 14 n’hésite pas à écrire que face aux « nouvelles tours… surélévations d’immeubles,…toitures de plus en plus nombreuses à devenir des terrasses à vocation festive, y compris sur des bâtiments historiques… Les défenseurs du patrimoine parisien s’étranglent de voir la capitale greffée de constructions dont l’impact est loin d’être anodin. »  Il ajoute en reprenant les expressions de l’association qu’avec cette « folie des hauteurs« , les berges de Seine, classées au patrimoine mondial de l’Unesco sont déjà  »  fortement pénalisées par la silhouette des tours Duo (XIIIe). »  Rappelons qu’en 2018, parmi les 1000 sites classés par l’Unesco, les consultations les plus nombreuses sur Wikipédia portaient sur les berges de la Seine se retrouvant ainsi au 1er rang des lieux les plus consultés au monde. C’est dire l’aura qui entoure les berges.

Non seulement les tours Duo enlaidissent la vue mais il est prévu d’autres projets de tours (3 voire 6) dans le même secteur géographique dit quartier Masséna.  Ces jours derniers c’est la Tour Triangle qui crée l’émoi et risque a nouveau d’enflammer les débats au conseil de Paris qui débute ce jour. Il est vrai que la perspective de l’érection de cette nouvelle tour porte de Versailles inquiète. Est-il bien raisonnable de construire une tour de 180 m de haut et en parallèle de prévoir aussi la surélévation d’autres bâtiments, à Montparnasse ou à Bercy, alors qu’il existe tant de dossiers plus urgents et prioritaires à traiter dans la capitale, à commencer par la propreté ? 

Le Canard enchaîné rapporte dans son édition du 10 novembre « L’Unesco aurait retoqué un projet de « zone tampon » proposé par la maire de Paris qui aurait permis de construire des tours à proximité des berges de Seine, classées au patrimoine mondial« . Ce projet de zone tampon a été présenté en juillet dernier par la mairie à l’Unesco et intégrait la construction de la tour Triangle. On comprend mieux pourquoi il a été refusé.  Or sans « un véritable plan de gestion de la zone tampon, pour la préservation du bien Rives de Seine, et l’arrêt de tous les projets en cours qui lui portent atteinte » (loi du 7 juillet 1976), l’Unesco  pourrait retirer le classement.  Quel camouflet et mauvaise image ce serait alors pour Paris et la France!

Dans un article du 12 novembre du Figaro intitulé  « Lettre d’un ami polonais à la France :  » Rallumez le feu de la pensée française »,  le journaliste et publiciste polonais  Eryk Mistewicz, grand amoureux et fin connaisseur de notre pays, écrivait que Paris était devenu  » une capitale de second rang, alors qu’il devrait être la première capitale d’Europe. Paris devrait à nouveau être la capitale de la jeune Europe. Capitale de la littérature, du cinéma, de la musique et des beaux-arts, depuis longtemps déjà la Ville-Lumière  ne joue plus ce rôle…« 

La mairie de Paris va t-elle revoir sa copie?


(*) Ce dispositif encadre les constructions à proximité des berges afin de ne pas dénaturer le patrimoine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.