Ne sommes-nous pas responsables de ce second confinement?

Ce deuxième confinement pour cause de la COVID que vient de nous annoncer le Président de la République est-il dû au fatalisme ou bien à notre esprit frondeur, incapables que nous sommes pour la plupart d’entre nous d’accepter discipline et raison ?

Personne ne devrait être surpris par la tournure prise par les événements et cette évolution qui va nous perturber dans notre vie quotidienne.  Car enfin, si on fait preuve d’un peu de réalisme et d’humilité nous l’avons bien cherché.  En effet, au sortir du premier confinement nous avons pour beaucoup souhaité rattraper le temps « perdu », profitez de la vie, des vacances, des amis, reprendre ce qui est qualifié abusivement de « vie sociale ».  Les restaurants et les bars de nos quartiers étaient bondés, l’extension que nous avons dénoncée des terrasses décidée par la Maire de Paris a accentué le phénomène.  Il suffisait de passer non loin de ces installations et observer combien les consommateurs étaient fréquemment serrés, sans masque, ne respectant pas les gestes barrière notamment les distances recommandées. Les réunions de famille, mariages et autres manifestations, les raves-party de plus en plus nombreuses ont multiplié les clusters.

De la même façon dans les magasins, dans la rue les clients et les piétons ne portaient pas toujours de masque (la police ne peut être derrière chaque individu). Combien de fois avons nous constaté que les personnes se croisaient sans respecter un minimum de politesse forçant le passage au besoin entre les rayons ou sur les trottoirs étroits sans s’écarter et se préoccuper des autres. Tous ces comportements égoïstes, nous les payons tous de différentes manières, soit en étant infecté, soit en devant subir le confinement, soit en étant exposés aux malades. Nous pensons notamment au personnel hospitalier ou à ceux devant assurer les services publics et autres qui doivent prendre plus de risques. N’oublions pas non plus les commerçants contraints de baisser leur rideau, les personnes qui sont au chômage ou qui perçoivent des revenus amputés. Les conséquences d’une telle légèreté, de comportements inacceptables sont cruelles et touchent la collectivité entière.

Bien sûr nous ne connaissons pas tout sur le virus et son évolution particulièrement complexe, loin de là, bien sûr nous ne sommes pas le seul pays infecté, bien sûr personne n’a de solution magique en attendant la sortie d’un vaccin, bien sûr les discours contradictoires ont pu nous perturber, mais sur le fond il n’en demeure pas moins que nous n’avons pas été raisonnables, beaucoup ont voulu profiter coûte que coûte quitte à ne pas penser aux conséquences de nos actes sur les autres et nous en payons chèrement le prix aujourd’hui. Puissent un telle désinvolture et un tel comportement égoïste et antisocial être évités à l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *