Un budget majoré pour les fontaines de la capitale

Les articles de presse l’ont tous souligné,  la décision prise par le conseil de Paris d’augmenter le budget consacré au fonctionnement, à l’entretien et à la restauration des fontaines de la capitale est passée inaperçue et pourtant cela devenait urgent tant nombre d’entre elles ont bien besoin d’être reprises en main.

La ville de Paris possède 92 fontaines et les financements destinés à leur fonctionnement a été porté de 1,1 à 1,5 million d’€ alors que la somme attribuée aux seuls travaux  a été protée de 420 K€ à 1 million d’€. La mairie indique que ce montant ne tient pas compte des budgets participatifs qui pourront venir compléter ce montant.

les Parisiens le savent, les fontaines parisiennes sont pour beaucoup en mauvaise état. Dans notre arrondissement  la Fontaine des Innocents classée  et sans doute parmi les plus anciennes est en ruine, il faudra 5 millions d’€ pour la remettre en état et en eau ! Un montant qui parait exorbitant et rend le budget voté bien mince. La fontaine  de la place Stravinsky prés de Beaubourg réalisée par Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle est elle aussi bien malade. Bien d’autres (la fontaine Molière à l’angle des rues Richelieu et Molière, la fontaine du Palmier place du Châtelet…) sont arrêtées ou rarement mises en eau depuis des années et servent parfois de réceptacles pour les détritus… Un patrimoine envié qui a été délaissé et que des transferts de subventions aux associations permettrait d’entretenir.

Au regard  la situation faut-il dépenser des sommes considérables  pour édifier de nouvelles fontaines au résultat peu probant ? L’exemple de celle des frères Bouroullec installée au Rond Point des Champs Elysées a créé la polémique. Cette « douche » comme certains la surnomme a coûté  6 millions d’€!

Madame Taieb l’adjointe au patrimoine de la ville de Paris a multiplié les efforts pour obtenir, et c’est tant mieux ,ces dotations financières améliorées et lancer ainsi 73 restaurations mais la tâche est immense. N’aurait-il pas fallu dans ces conditions, en plus de la réorientation des subventions inutiles aux associations,  recourir au mécénat d’entreprise compte tenu des sommes en jeu, de la volonté de faire fonctionner les fontaines 10 mois sur 12 et de revoir leur éclairage ? Le mécénat pourrait être lancé auprès des Parisiens qui en retour auraient leur nom inscrit comme « bienfaiteurs » sur les édifices financés. Le maire de Paris Centre a lancé pour les vœux  une grande tombola, pourquoi ne pas en organiser une pour la restauration des fontaines dans chaque mairie ou à l’échelle de Paris ?

Ce patrimoine, comme d’autres à Paris tel que la statuaire, le mobilier urbain, les kiosques, qui fait Paris, nous est envié et il ne peut être négligé. Sans solutions de financement nouvelles, il risque de montrer encore longtemps un visage de délaissement.

2 commentaires

  1. La discrète fontaine des Guillemites (monument historique) sera-t-elle, de ce fait, restaurée? Des associations avaient depuis longtemps demandé sa remise en état, sans succès..
    Marie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.