Silence pesant sur le dossier de fusion des arrondissements du centre

Voilà un an déjà, le 26 novembre dernier, sous le titre « Condensé du rapport sur le regroupement des 4 premiers arrondissements », nous commentions le rapport relatif à la fusion des arrondissements du centre de Paris émis par la conférence des arrondissements (instance composée des conseillers des 4 premiers arrondissements et des 4 maires formant le bureau plus le premier adjoint de la mairie de Paris) chargée de préparer la constitution de ce futur secteur. Après des considérations historiques toutes bien entendu acquises à ce regroupement, nous retrouvions dans ce rapport les déclarations convenues quant au processus de décision égrainant les strates habituelles de la méthode dite « participative » que sont les groupes de travail du conseil de Paris, des conseils de quartier, de la conférence des arrondissements (composée des 48 conseillers du centre de Paris) et les ateliers mis en place afin de poursuivre la réflexion. Les habitants et les agents de la ville ont aussi participé, la « conférence des citoyens » ayant permis d’interroger experts et personnalités, c’est-à-dire cadres et élus de la mairie.

Quelles ont été les annonces qui ont suivi ce rapport, s’agissant d’une lourde organisation à mettre en place ? Nous savons juste que la mairie retenue est celle du 3e arrondissement et le nom du nouvel arrondissement est Paris Centre, c’est-à-dire peu de choses …alors que près de 100 000 habitants sont concernés et que nous sommes à 4 mois de la date des élections municipales, date sensée être celle de la mise en application de cette réforme ! Très certainement nous sera-t-il répondu que les travaux se poursuivent toujours afin de parvenir à une concertation totale et la plus large possible.

Ce nouveau secteur regroupé concentrera à lui seul d’importants projets en cours (la restauration de Notre–Dame, la restructuration de l’Hôtel-Dieu, l’installation de la collection Pinault dans l’ancienne bourse du commerce, la rénovation de la Samaritaine, la transformation de la Grande Poste du Louvre, les aménagements du centre Pompidou et ceux de la caserne des Minimes …) ainsi que 37 écoles, 29 établissements d’accueil de la petite enfance, 11 équipements sportifs, 7 équipements culturels et 104 équipements en jardins et espaces verts !

Rappelons, mais rien n’a été officiellement annoncé, que les services de la mairie centrale devraient regrouper plusieurs pôles, « logement et habitat », « assistance juridique », « information jeunesse et famille », la caisse des écoles et des locaux pour recevoir les associations.

Les anciennes mairies (3 500 m2 libérés) devraient disposer des pôles « accès et accompagnement numérique », « citoyen et démocratie des quartiers », ainsi que des infrastructures et des espaces réservés au plus démunis.

Mais non officialisé, tout ceci reste au conditionnel…Quelles seront les mesures arrêtées à l’égard des agents municipaux concernés par cette opération (locaux, accompagnement personnalisé, organisation d‘équipes pluridisciplinaires…) ? Quid de la mission de préfiguration annoncée afin de préparer la future installation, la création d’une seule caisse des écoles (soit 6 000 familles et 1 180 000 repas /an) n’est pas sans conséquence ? Quid aussi des rapports habitants–touristes ? Combien de conseils de quartier et quid de leur composition ?

Le silence assourdissant des élus sur cette opération ne manque pas d’intriguer ? Que faut-il en penser ? L’opération est-elle si difficile à boucler ? Les arbitrages sont-ils si compliqués à établir ? Faut-il s’attendre à des annonces déplaisantes ?

Une chose est certaine, le mutisme prolongé n’est jamais un bon signe… N’hésitez pas à vous exprimer sur ce sujet en utilisant la rubrique commentaires de cet article

 

 

 

4 commentaires

  1. Bizarre, bizarre , effectivement !
    On parle beaucoup de l’accompagnement numérique mais on n’en voit guère la couleur. Espérons que la mairie de la place Baudoyer s’équipera suffisamment pour rendre au moins ce service .

  2. Le citoyen lamda se pose en effet naïvement beaucoup de questions.
    Par exemple : quels seront les services qui continueront à exister dans les anciennes Mairies ?
    Un grand nombre d’habitants résidant loin de la future Mairie de Paris – Centre désirent garder un peu de l’autonomie de leur ancienne Mairie : la nouvelle ne sera plus pour eux facilement accessible en raison de la distance, et il y a tant de services dans une Mairie ! Les plus voisins des habitants ont d’ailleurs les mêmes souhaits de proximité et de permanence des services.
    Caisse des écoles, restauration scolaire, ont vocation,, semble-t-il, à rester proches de leurs utilisateurs. Une trop grande centralisation ne créerait-elle pas, de plus, des difficultés de répartition ?
    Y aura-t-il sur place en permanence des représentants du Conseil d’arrondissement?
    Faudra-t-il aller à la mairie centrale pour régler conflits et problèmes propres à un quartier ?
    Où les services de l’état civil ? tout ne peut pas se régler par internet.
    Faudra-t-il que tous les futurs mariés scellent leur union à la Mairie du IIIème ?

    On souhaite vivement que les Conseils de quartier soient répartis suivant les anciennes dispositions : celles-ci correspondent à un authentique maillage urbain et historique .

    Le même type de questionnement ne va-t-il pas se poser à propos du fonctionnement du nouveau commissariat central?

  3. Une recherche sur internet fournit les informations suivantes.
    Les 20 arrondissements, dans leur état actuel, ont été délimités par la loi du 16 juin 1859 lorsque les faubourgs ont été rattachés à Paris. Chaque arrondissement compte 4 quartiers (soit 80 pour tout Paris).
    La loi du 27 février 2002 a fixé le cadre légal nécessaire à la création des conseils de quartier. Il y a 121 conseils de quartier, donc plus que de quartiers! Pour les 1er et 4ème arrondissements, les limites des nouveaux quartiers reprennent celles des quartiers administratifs (soit 4 par arrondissement) mais pour les 2ème et 3ème arrondissements il n’y en a que 3 par arrondissement.
    Un rapide calcul donne : 16 quartiers pour Paris-Centre et 14 conseils de quartier si la future répartition est basée sur le découpage actuel. Une question supplémentaire pour nos élus.

  4. Le résultat d’une autre recherche…
    Les conseillers de Paris : 1 pour le 1er, 2 pour le 2ème, 3 pour le 3ème et 2 pour le 4ème, soit un total de 8.
    Les conseillers d’arrondissements : 10 par arrondissement, soit un total de 40.
    Cela fait un total de 48 élus pour Paris-Centre pour près de 100 000 habitants (chiffre de 2015). A titre de comparaison, le 15ème arrondissement, le plus peuplé avec 235 000 habitants, a 54 élus. Le 10ème, avec ces 95 000 habitants (donc proche de Paris-Centre) a 21 élus.
    Qu’en sera-t-il demain pour Paris-Centre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *