Les rues Beaubourg et du Renard bientôt transformées

« C’est une révolution ! », s’exclame le maire de Paris Centre, Ariel Weil, à propos de son projet de réaménagement de la rue Beaubourg qui devient la rue du Renard à partir de l’intersection avec la rue Saint-Merri. Il est vrai que depuis Bertrand Delanoë, maire PS de Paris de 2001 à 2014, qui a donné au début 2003 à cet axe de transit majeur reliant le carrefour des Arts et Métiers (IIIe) à la place de l’Hôtel de Ville (IVe), sa configuration actuelle, à savoir un couloir de bus et deux files de voitures dans sa partie sud, personne n’a retouché à cette voie de circulation toujours très encombrée. »

Ce dossier  avait déjà fait l’objet d’une annonce en mai 2021 sur le site Paris.fr de la mairie, dans la rubrique « Paris en selle  » sous le titre « Réaliser une piste cyclable de qualité sur les rue Beaubourg/rue de Renard ». L’article du Parisien du 02 mars qui remet le sujet sur le devant de la scène et dont est extrait le texte en italique ci-dessus ajoute, « en limitant la circulation automobile à une seule file sur cet axe de transit majeur entre le IIIe et le IVe arrondissement, la mairie souhaite faciliter la liaison piétonne entre le plateau Beaubourg et les petites rues du Marais. Et remettre en valeur la façade est du Centre Pompidou. » 

Si on comprend bien le schéma qui illustre ce dossier et qui est paru aussi sur Le Parisien, la volonté est de faire en sorte que la piste cyclable qui « permet de traverser Paris du Nord au Sud » soit continue  « protégée, large et confortable « . Elle fonctionnera dans les deux sens ce qui ne semble pas une bonne solution. Ce système est accidentogène. Les piétons devront regarder des deux côtés de la chaussée par deux fois pour traverser la rue puisque la plupart des cyclistes et conducteurs de trottinettes  grillent allégrement les feux tricolores et n’hésitent pas à insulter les passants qui oseraient leur en faire la remarque.  Si cette proposition peut convenir pour la rue du Renard et pour le sud de la rue Beaubourg, elle ne convient pas pour le tronçon au nord de la rue Beaubourg, là où il n’y a actuellement qu’une seule voie de circulation automobile à côté de la voie bus : la largeur de la chaussée n’est alors que de 8 mètres. Quid des riverains ? Comment devront ils procéder pour charger et décharger leur véhicule lorsque nécessaire ?  Comment pourront-ils stationner si les places sont prises; en bloquant la circulation ? Sans  oublier la vigilance de tous les instants pour traverser la piste cyclable, les bras chargés ou avec des enfants, des personnes handicapées ou âgées. pour éviter de se faire renverser…  Dans le schéma figurant sur Le Parisien,  il semblerait en outre que nombre de carrefours soient condamnés comme celui des rues Michel Le Comte, Rambuteau, Geoffroy l’Angevin, Simon le Franc et Saint-Merri. Dans ces conditions la ligne du bus 29 devra être reroutée depuis la rue de Turenne, ce qui réduira l’offre de transport en commun dans le Centre. Nous avons interrogé à ce sujet l’adjoint en charge des transports et attendons sa réponse.

Selon les analyses de la mairie,  les pistes cyclables des rues Beaubourg et du Renard soulageraient celle du boulevard de Sébastopol ? En est-on si certain ? Au nom de l’écologie, d’une vision unilatérale qualifiée souvent de punitive, toutes les raisons sont bonnes à mettre en avant.

Les travaux commenceront cet été pour se terminer début 2023. Pour éviter les embouteillages nos édiles ont prévu d’empêcher le transit (voir notre article du 03 mars 2022 ).  Avec toutes ces dispositions et modifications,  nous  risquons de vivre dans des sortes de réserves « boboisées » où il sera encore plus facile de faire la fête la nuit et d’importuner davantage encore le sommeil des habitants, la multiplication des terrasses estivales amplifiant le phénomène .

Est-ce vraiment cela que nous voulons ?

1 commentaire

  1. Ce n’est évidemment pas ce que nous voulons .!
    Mais la mairie, avec la complicité des pseudo-écologistes le veut et il y a fort à parier que cela se fera contre la volonté des riverains.
    Pourquoi faut-il faciliter la liaison piétonne entre le plateau Beaubourg ? Les petites rues du Marais n’ont-elles pas déjà perdu une bonne partie de leur charme en raison de l’afflux terrifiant des piétons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.